Skip to content Skip to footer

Évolution numérique et santé : La 5G est-elle dangereuse ?

La 5G se déploie petit à petit dans le monde, y compris Madagascar, promettant une révolution numérique de la vie quotidienne. Toutefois, elle reste controversée, il y a encore des débats sur la sécurité de la technologie, notamment sur l’impact des ondes électromagnétiques qu’elle génère. Alors, pourquoi la 5G est-elle si révolutionnaire ? Est-elle réellement dangereuse pour la santé ? Nous vous apportons ici quelques éclaircissements.

La 5G et la révolution qu’elle apporte

La 5G, pour 5e génération de télécommunication mobile, succède à ses prédécesseurs, apportant des évolutions significatives dans le monde de la technologie. 

    Autrefois, nous avions :
  • la 1G, le premier réseau cellulaire lancé en 1979 permettant de téléphoner simplement avec la voix ;
  • la 2G déployée en 1987 popularise la technologie GSM (Global System for Mobile Communications) ;
  • la 3G apparue en 2000 offre des débits plus performants, donnait l’accès Internet aux appareils mobiles ;
  • et la 4G lancée en 2010, c’est l’avènement du réseau LTE offrant des débits toujours plus élevés atteignant 3 Gbit/s.

Une augmentation du flux de l’information

La technologie 5G promet de grandes avancées grâce à de plus puissantes ondes électromagnétiques avec des fréquences encore plus élevées que la 4G. Elle permet une transmission de l’information plus rapide en moins de temps. La vitesse de la 5G est phénoménale, pouvant atteindre des débits de 70 Gbit/s contre 3 Gbit/s pour la 4G. La période de latence est spectaculaire, de l’ordre d’une milliseconde contre 20 millisecondes pour la 4G. Les usagers ont à disposition un plus haut débit, une fluidité accrue dans les applications informatiques avec une plus haute définition d’affichage d’image.

Cette nouvelle forme de communication offre une grande évolution dans divers domaines, tels que le transport et le commerce international, en rendant plus efficace la gestion du  trafic. Dans le domaine de la médecine, la 5G peut aussi être bénéfique en optimisant la télémédecine, la téléexpertise et ouvre même la voie à la téléchirurgie.

La technologie beamforming en 5G

Avec les antennes 5G, le rayonnement ne se fait plus dans toutes les directions, mais se propage par un signal directionnel ciblé sur les appareils qui en ont besoin. En effet, ce système dit de “Beamforming” accélère l’internet des terminaux en focalisant le faisceau là où il est nécessaire [1].

Le beamforming permet d’atteindre des vitesses de connexions plus élevées en dirigeant le signal d’une manière plus précise, ce qui réduit les interférences et augmente la qualité de connexion. Il permet aussi d’améliorer la couverture dans les zones difficiles d’accès avec l’implantation de nouvelles antennes intelligentes MIMO (Multiple Input Multiple Output).

Éventuels impacts de la 5G sur la santé

Il y a eu beaucoup de spéculations sur les risques pour la santé liés aux ondes électromagnétiques utilisées dans les technologies 5G.

Les ondes de la 5G sont des ondes électromagnétiques de la famille des spectres électromagnétiques à l’image des infrarouges. Leur fréquence est aujourd’hui comprise entre 700 et 3 500 MHz, mais plus tard les ondes de 26 GHz seront utilisées pour la 5G. La 5G utilise des ondes dites “non ionisantes”, qui n’ont pas l’énergie suffisant pour modifier les molécules d’une matière.

Les études menées en France sur le déploiement de la 5G

Les autorités sanitaires et de contrôle français concluent en une absence d’effets sanitaires spécifiques de la 5G en dessous des valeurs limites d’exposition.

L’ANFR (Agence nationale des fréquences) parle d’une augmentation de l’exposition aux ondes modérée et largement en dessous des seuils limites réglementaires dans son rapport d’évaluation de l’exposition du public aux ondes électromagnétiques 5G [2].

D’après l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), “les niveaux globaux d’exposition aux champs électromagnétiques seront comparables ou légèrement supérieurs à ceux des technologies existantes”. Cette dernière estime que le déploiement de la 5G dans la bande de fréquences 3,5 GHz ne présente pas de nouveaux risques sanitaires [3]. Elle affirme aussi que les données actuelles ne sont pas suffisantes sur l’utilisation de la bande de fréquences 26 GHz pour la 5G. Ce qui est certain, c’est que l’énergie électromagnétique est incapable de pénétrer le corps humain à partir de 10 GHz.

Qu’en dit l’OMS ?

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) reste dans l’incertitude, qualifiant les ondes électromagnétiques comme “pouvant-être” cancérogènes pour l’homme, sans apporter plus de précision. Mais, il n’y a pas encore de recherche effectuée par cet organisme permettant d’établir un lien avéré scientifiquement avec les ondes des émetteurs 5G.

Cependant, des normes ont été établies par l’OMS, telles que les valeurs limites d’exposition de 61 V/m pour les fréquences hautes dépassant les 2 GHz. Les niveaux mesurés de l’ordre de 0,4 V/m à 3,2 V/m, lors d’une expérimentation d’exposition aux ondes de la 5G menée en gare de Rennes en juillet 2021, restent très inférieurs à cette valeur réglementaire.

Plus d’objets connectés, donc plus d’exposition ?

De nombreux spécialistes s’accordent à dire que ce n’est pas tant les ondes des antennes émettrices qui représentent un danger pour la santé, mais le téléphone mobile et les appareils connectés qui vont se multiplier avec la 5G.

Les risques du Wi-Fi (Wireless Fidelity) sur notre santé sont avérés [4]. Il est potentiellement cancérigène à un important degré d’exposition. Cela peut induire :

  • des maux de têtes ;
  • des acouphènes ;
  • des vertiges ;
  • de la fatigue ;
  • une perturbation du système hormonal, pouvant aller à des problèmes de stérilité.

Les ondes des objets connectés peuvent aussi entraîner une hypersensibilité électromagnétique.

La Pharmacie Hasimbola vous conseille de prendre des mesures de précaution raisonnables afin de réduire l’exposition aux ondes des appareils connectés :

  • Éloignez le terminal connecté d’au moins 15 cm des implants électroniques comme les stimulateurs cardiaques ;
  • Écartez les appareils connectés du ventre des femmes enceintes ou du bas ventre des adolescents ;
  • Utilisez un kit oreillette pour réduire l’exposition de la tête lors des appels ;
  • Cherchez à avoir le meilleur signal possible pour que le terminal puisse ajuster sa puissance d’émission en fonction du signal reçu ;
  • Privilégiez les discussions instantanées par SMS ou sur les réseaux sociaux pour réduire l’usage du terminal près des zones du cerveau.

Pour conclure, il n’y a pas de preuves scientifiques solides permettant d’affirmer que la 5G est dangereuse pour la santé. La Pharmacie Hasimbola conseille d’être prudent face aux préjugés sur la 5G et d’être attentif aux informations venant des autorités locales. Cette technologie peut en effet être un levier pour l’avenir de la jeunesse du pays, mais nécessite diverses sensibilisations sur son utilisation.